Retour
Jean

 

Jean Charcot (1867-1936) Médecin militaire, scientifique et explorateur


Vente générale : 26 juin 1939.
Retrait de la vente : .25 juin 1940
Valeur faciale : 90 c + 35 c
Graveur : Jules Piel
Dessinateur ou mise en page: Georges Emile Goruel
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : lilas rose
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 1.200.000
Catalogue Yvert et Tellier : x N° 377A
Catalogue Maury : x N° 377A
Valeur marchande timbre neuf : 19,80 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 7,50 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 7,80 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 

 

Informations complémentaires

Jean-Baptiste Charcot(1867-1936)

Pour faire plaisir à son père, il entreprend des études médicales et devient, lui aussi, médecin. Il ne songe, dès sa prime jeunesse, qu'aux bateaux.Cette vocation achève de s'affirmer lorsque, vers l'âge de vingt-cinq ans, il achète son premier bateau. Il décide alors de s'orienter vers l'exploration et l'océanographie. Deux expéditions, à bord du Français (1905), puis à bord du Pourquoi-Pas? (1908-1910), l'amènent dans les régions antarctiques. Au cours de la première, il dresse la carte des côtes de la terre de Graham, préparant ainsi son second hivernage, au cours duquel il complète ses documents cartographiques, atteint la terre Alexandra et découvre l'île qui portera son nom. À son retour, il publie deux séries de rapports sur les résultats scientifiques de ces expéditions. Le monde entier apprend son nom. Après avoir servi dans l'administration britannique, durant la Première Guerre mondiale, Jean-Baptiste Charcot, assisté de divers spécialistes, reprend ses recherches dans l'Atlantique Nord. Il y effectue, de 1920 à 1936, un grand nombre de croisières scientifiques qui le mèneront aussi bien vers les îles Hébrides que vers les côtes orientales du Groenland (1925-1936). Le 16 septembre 1936 au matin, après douze heures de tempête, le Pourquoi-Pas? se brise sur les récifs de l'intérieur du Faxafjord Jean-Baptiste Charcot et tous ses compagnons, à l'exception d'un seul, y laissent leur vie.
Source Wikipédia