Fermer

 

Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS le 18 et 19 novembre 2022
Cachet premier jour créé par : Stéphane Humbert-Basset

 

Premier jour : Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS le 18 et 19 novembre 2022
Vente générale : 21 novembre 2022
Valeur faciale : 4.64 €
Affranchissement : Lettre verte 20g pour la France, Andorre et Monaco
Graveur : Charles Mazelin

Dessinateur : Michel Ciry

Création : Stéphane Humbert-Basset

Dentelure : 13¼
Couleur : rouge
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 143 x 105 mm
Quantite émis : 110.000.
Présentation : Bloc feuillet de 4 timbres
Bande phosphore : 1 barre à droite

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 

Le bloc a été créé par Stéphane Humbert-Basset, le timbre est celui de 1944 dessiné par Michel Ciry, © Adagp, Paris et gravé par Charles Mazelin, d'après portrait de Pierre Mignard.

Informations sur le sujet du timbre

Molière

Jean-Baptiste Poquelin était issu d’une famille de riches marchands-tapissiers du quartier des Halles – son père avait même une charge de valet de chambre tapissier du roi qui assurait l’accès au « petit lever » de Louis XIV – et il abandonna ses études de droit en 1643 pour former une troupe de comédiens (« L’Illustre Théâtre ») avec quelques amis de son âge. Comme tous les acteurs de son temps, il s’inventa alors une seigneurie de fantaisie avec un nom campagnard et se fit appeler « le sieur de Molière » et donc Molière. Après l’échec de L’Illustre Théâtre, il fut engagé en 1646 par une « troupe de campagne » réputée qui sillonnait le sud de la France. Il en devint vite le chef, commença à écrire pour elle des petites pièces en un acte, revint à Paris en 1658 où il triompha en s’imposant comme un acteur comique extraordinaire et en proposant une nouvelle manière d’écrire des comédies. S’enchaîna alors une longue série de chefs-d’œuvre, des Précieuses ridicules au Malade imaginaire en passant par L’École des femmes, Le Misanthrope, Le Tartuffe, L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme…
S’il a gardé un pouvoir comique intact et un rayonnement inégalé, c’est qu’en montrant la folie et l’aveuglement des hommes en proie à des passions ou à des idées fixes, il semble avoir touché aux travers éternels de l’être humain
Source © La Poste - Georges Forestier, historien du théâtre à Sorbonne Université

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 2005977 fois depuis le 1er mai 2022