Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 08/02/2024

Trésors de Notre-Dame

La charpente


D'après photos de Pascal Lemaître

Timbre : Courant / moderne

Voir tous les timbres courants de l'année 2024

Listage des timbres de l'année 2024

 

Oblitération 1er jour le 12 et 13 avril 2024<br>- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS
Cachet premier jour créé par : Sarah Bougault

 

Premier jour : Oblitération 1er jour le 12 et 13 avril 2024
- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS

Vente générale : 15 avril 2024
Valeur faciale : 1.96 €
Affranchissement le plus courant : Lettre internationale jusqu'à 20gr
Graveur : Sarah Bougault

Création : Sarah Bougault

Dentelure : 13 x 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 52 x 40,85 mm
Quantité émis : 550.000.
Présentation : Bloc de 1 timbre
Bande phosphore : sans

 


Thématique catégorie : Chateaux, ponts, cathédrale, églises, villas

 

Informations complémentaires
Cette série initiée en 2020 met en lumière les trésors, les richesses et le patrimoine de la cathédrale durant toute la période de sa reconstruction. Ce bloc clôture ainsi cette série, la réouverture de la Cathédrale étant programmée en décembre 2024
Source : divers documents internet dont Wikipédia

Informations sur le sujet du timbre
Surnommée « la forêt », la grande charpente de Notre-Dame de Paris est le trésor le mieux caché de la cathédrale. Invisible des fidèles et des visiteurs, elle porte la couverture de plomb qui protège les voûtes des intempéries. Cette structure gigantesque de 100 mètres de long et 10 mètres de haut a été édifiée aux XIIe et XIIIe siècles. Elle a fait l’objet de plusieurs réfections au cours du Moyen Âge, la principale datant de 1378. Au XIXe siècle, les architectes Viollet-leDuc et Lassus restaurèrent les charpentes et édifièrent une nouvelle flèche. Après la complète destruction par le feu de cette structure unique en 2019, la décision de la reconstituer quasiment à l’identique s’est imposée. Par chance, la charpente avait fait l’objet de relevés complets dans les années 2010. Ce chantier patrimonial d’exception a permis de faire appel à des savoir-faire pluriséculaires. Ainsi, les quelque 1 400 chênes provenant de forêts françaises ont été dégrossis selon une technique mixte mêlant sciage mécanique et équarrissage manuel. Des doloires ou haches à manche court ont été spécialement forgées pour ce chantier. Avant d’être acheminées sur le site, les différentes parties de la charpente ont été assemblées au sol. Ce « montage à blanc » permet, selon la technique ancestrale des charpentiers, de vérifier la précision des assemblages. Avec l’achèvement de la nouvelle charpente, la cathédrale retrouve sa silhouette légendaire, découpée sur le ciel de Paris
Source © La Poste - Jérôme Coignard

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 8 871 348 fois depuis le 1er mai 2022