Fermer

André
Timbre : Courant / moderne

 

Célébrités française du XVIII au XX siècle

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 17 mai 1969

 

André Gide (1869-1951) écrivain


Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 17 mai 1969
Vente générale : 19 mai 1969.
Retrait de la vente : 23 janvier 1970.
Valeur faciale : 50 c + 10 c
Graveur : Georges Bétemps

Dessinateur : Clément Serveau
Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : émeraude
Mode d'impression : Taille douce

Quantite émis : 5.045.000
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 1594
Catalogue Maury Timbres français : N° 1594
Valeur marchande timbre neuf : 0,30 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,30 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 

André Gide

né à Paris 6e le 22 novembre 1869 et mort à Paris 7e le 19 février 19511, est un écrivain français.
Issu d'une haute famille de la bourgeoisie protestante, partageant sa vie entre Paris et la Normandie, André Gide se découvre différent et assume à partir de 1893 son homosexualité. Passé par la Suisse pour soigner son état nerveux, il écrit Paludes, épouse sa cousine Madeleine et achève Les Nourritures terrestres paru en 1897.
Il crée avec ses amis La Nouvelle Revue française dont il est le chef de file. Parallèlement, il publie des romans sur le couple comme L'Immoraliste en 1902 ou La Porte étroite en 1909 qui le font connaître. Ses autres romans publiés avant et après la Première Guerre mondiale l'établissent comme un écrivain moderne de premier plan auquel on reproche parfois une certaine préciosité. Cependant, les préoccupations d'une vie privée marquée par l'homosexualité assumée et le désir de bousculer les tabous sont à l'origine de textes plus personnels comme Corydon (1920-24), ou Si le grain ne meurt (1926), récit autobiographique qui relate sa petite enfance de grand bourgeois.
En 1940, accablé par les circonstances, il abandonne quasiment l'écriture en se repliant sur la Côte d'Azur, puis en Afrique du Nord durant la guerre. Après la guerre, il est mis à l'écart de la vie littéraire, mais honoré par le prix Nobel de littérature en 1947, et il se préoccupe dès lors de la publication intégrale de son Journal. Il meurt le 19 février 1951.

 

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française