Fermer

Bloc
Timbre : Courant / moderne

Gravure d'après dentelles, Les dentellières de l'Association Diffusion et Renouveau du Poinct de Tulle

 

 

Bloc « Le poinct de Tulle »


Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre, au Salon philatélique d'automne, au musée du Cloître le 9 et 10 novembre 2017
Vente générale : 13 novembre 2017.
Valeur faciale : 1.70 €€
Affranchissement : Lettre prioritaire 20g
Graveur : Elsa Catelin

création : Sylvie Patte et Tanguy Besset

Couleur : polychromie
Mode d'impression : Héliogravure taille-douce

Quantite émis : 270.000.

 


Timbres présentants : Les métiers

 

Un peu d'histoire
Le Poinct de Tulle ou Dentelle de Tulle se fait de la manière suivante : des points de broderie sont exécutés à l'aiguille sur un réseau en fil très fin. On connaît 7 points aux noms évocateurs : le grossier, le picot, la rosette, le respectueux, le point d'esprit, le pénitent et le cordonnet.

Au cours du Moyen-Age, on voit la dentelle, cet entrelacs de fils sans support, aéré et transparent, accompagner la riche broderie dans les ornements liturgiques.
Mais quand, en 1547, Henri II épouse Catherine de Médicis, la dentelle fait son entrée dans le domaine profane et s'installe à la cour, puis dans les villes, dans les bourgs, dans les campagnes et jusque dans notre Massif Central autour de deux centres : Le Puy-en-Velay à l'est, Aurillac à l'ouest.
Autour d'Aurillac, à la frontière du Limousin et de l'Auvergne, on utilisait le support du «rozel», le filet qui servait à la chasse, à la pêche et à la préparation de la fourme (le fromage). On avait appris à le broder au simple point de reprise (le toilé) en suivant un modèle à points comptés.
Cependant, à la fin du XVIème siècle, la reine de Navarre, la reine Margot, fille de Catherine de Médicis est reléguée, pendant 20 ans, dans notre région, au château de Carlat d'abord, tout près d'Aurillac, puis à celui d'Usson près d'Issoire. On imagine combien sa présence a développé l'usage et la production de dentelle «médicis» : dentelle exécutée avec une sorte de cordonnet qui donne un relief aux motifs traités au point de toile sur un fond de réseau hexagonal.
Dans l'orbite d'Aurillac, à Tulle, on aurait sans doute continué à produire du point d'Aurillac s'il ne s'était trouvé, aux côtés de Colbert, un Tullois, son bibliothécaire et homme de confiance, Etienne Baluze. Bien placé pour constater la vogue de la dentelle et comprenant le profit que pourraient en tirer «nos filles de Tulle», il se fit le promoteur, le conseiller technique, le publicitaire et l'agent commercial du poinct de Tulle. Répondant, grâce à la formation reçue par Aurillac, aux critères de la mode et moins chère que les étrangères, la dentelle de Tulle, l'entregent d'E. Baluze aidant, fit rapidement la conquête de Paris. A la fin du XVIIIème siècle cette dentelle, née à Aurillac, modernisée, enrichie de points nouveaux à Tulle et pratiquée très vite hors de Tulle, était connue et recherchée dans toute l'Europe.

REF lepoinctdetulle.com

 

 

 

Fermer

 

 

 

Philatélie Française