Fermer

Fénelon
Timbre : Courant / moderne

 

Série de personnages

 

 

 

Fénelon (1651-1715) homme d'Église, théologien et écrivain français.


Premier jour : Oblitération 1er jour à Cambrai le 12 juillet 1947
Vente générale : 12 juillet 1947.
Retrait de la vente : .15 novembre 1947
Valeur faciale : 4 f 50
Graveur : Charles Mazelin

Dessinateur : Charles Mazelin

Département concerné par ce timbre : Dordogne
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : brun lilas
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 2.000.000
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 785
Catalogue Maury Timbres français : N° 785
Valeur marchande timbre neuf : 0,27 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,12 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,21 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 

François de Salignac de la Mothe-Fénelon

François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon, est un homme d'Église, théologien et écrivain français.
il fut nommé en 1678 par l'archevêque de Paris directeur de l'Institut des Nouvelles Catholiques, un internat parisien consacré à la rééducation de jeunes filles. Dans l'été 1689, sur la proposition de Madame de Maintenon dont il était entre temps devenu le conseiller spirituel, il fut nommé précepteur du duc de Bourgogne, âgé de sept ans, petit-fils de Louis XIV et son éventuel héritier. Il sut enseigner à son élève toutes les vertus d'un chrétien et d'un prince. Pour son élève royal Fénelon écrivit plusieurs oeuvres amusantes, d'abord une suite de fables, les Aventures d'Astinoüs mais surtout, en 1694-1696, un roman éducatif d'aventures et de voyages Les Aventures de Télémaque, fils d'Ulysse.
Au début de 1699, Fénelon perdit son poste de précepteur et quand, en avril, son Télémaque fut publié, Louis XIV y vit une satire de son règne, arrêta l'impression et disgracia l'auteur, Fénelon fut banni de la cour.
Vers 1700, il habita alors quelque temps en Belgique, puis il se retira dans son archevêché de Cambrai où, cessant toute activité en théologie et en politique, il essaya de se conduire de façon exemplaire. Malade de la commotion ressentie dans un accident de voiture, il en mourut six jours après à l'âge de 64 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française