Fermer

 

Centenaire de la mort de l'écrivain Emile Zola (1840-1902)

D'après une photo de Harlingue-Viollet
Timbre : Courant / moderne


 

Oblitération 1er jour à Paris et Médan le 5 octobre 2002
Cachet premier jour créé par : André Lavergne

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris et Médan le 5 octobre 2002
Vente générale : 7 octobre 2002
Retrait de la vente : 3 aout 2003
Valeur faciale : 0.46 €
Dessinateur : Jean-Paul Véret-Lemarinier

Mise en page: Jean-Paul Véret-Lemarinier

Département concerné par ce timbre : Paris
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 26 x 40 mm ( image 21,45 x 36 mm )
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : 2 bandes
Catalogue Yvert et Tellier : N° 3524
Catalogue Spink / Maury : N° 3506
Valeur marchande timbre neuf : 0,34 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,10 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Centenaire de la mort de l'écrivain Emile Zola (1840-1902) 

Emile Zola (Image Wikipédia)

 

Emile Zola

né à Paris le 02/04/1840 , mort à Paris le 29/09/1902
Il publie en 1865 son premier roman, la Confession de Claude, en 1867, il publie son premier roman naturaliste : Thérèse Raquin. L'oeuvre, qui raconte un meurtre sordide et la déchéance des personnages rongés par la mauvaise conscience, fait un scandale dans la presse. Zola s'appuie sur des considérations scientifiques en mettant en exergue la filiation de tares au sein de cette famille. Zola souhaite donner à la littérature une portée scientifique et théorise dans ce sens le « roman expérimental », dont l'objectif est d'observer un personnage dans une multitude de situations très différentes.
Les publications d'Emile Zola deviennent, malgré les scandales, de véritables succès commerciaux et littéraires, notamment à partir de l'Assommoir. En 1880, Zola publie Nana, histoire de l'ascension et de la décadence d'une prostituée. Une fois encore, le succès est à la hauteur du scandale. Cinq ans plus tard, Germinal plonge dans l'univers des mineurs et place le peuple ouvrier au centre de l'intrigue.
Le 13 janvier 1898 il publie une lettre ouverte intitulée « J'accuse… ! » C'est le véritable point de l'affaire Dreyfus. Le 29 septembre 1902, il est asphyxié à son domicile à cause d'une cheminée bloquée. On soupçonne des anti-dreyfusards mais l'enquête ne permet pas d'aboutir à des résultats concluants. Ses obsèques au cimetière Montmartre voient défiler de nombreux écrivains et anonymes, parmi lesquels des mineurs venus spécialement du nord rendre hommage à l'auteur de Germinal.

 

 

 

 

 

 

Fermer