Fermer

Fernand

 

Fernand Widal (1862-1929) médecin et bactériologiste français


vente anticipée : Oblitération 1er jour à Paris le 25 janvier 1958
Retrait de la vente : 10 mai 1958.
Valeur faciale : 12 f
Graveur : Jean Pheulpin
Dessinateur ou mise en page: André Spitz
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : violet
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 2.600.000
Catalogue Yvert et Tellier numéro: N° 1143
Catalogue Maury numéro: N° 1143
Valeur marchande timbre neuf : 0,60 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,35 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,42 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 

Informations complémentaires

Fernand Georges Isidore Widal

né le 9 mars 1862 à Dellys (Algérie) et mort le 14 janvier 1929 à Paris, est un médecin et bactériologiste français renommé pour ses travaux sur les maladies rénales, sur la vaccination et le diagnostic sérologique de la fièvre typhoïde, et plus généralement ses recherches concernant les maladies infectieuses
Médecin des hôpitaux de Paris en 1893, agrégé en 1894, il pratique à l'hôpital Cochin à partir de 1905, enseigne la pathologie interne à partir de 1911 en succédant à Georges Dieulafoy, puis la médecine clinique à partir de 1918. En 1906, il entre à l'Académie de médecine, puis à l'Académie des sciences en 1919.
Les travaux de Widal ont surtout porté sur la fièvre typhoïde, pour laquelle il développe une technique de diagnostic dès 1896, le test de Widal. Il est l'un des pionniers du diagnostic sérologique d'une maladie infectieuse grâce à l'agglutination. Pendant la Première Guerre mondiale, il met au point un vaccin qui a permis de réduire la propagation de cette maladie dans les troupes alliées.
Il a aussi travaillé sur le rôle du chlorure de sodium dans les néphrites et l'oedème cardiaque (1906) et décrit le syndrome de Widal, caractérisé par l'association d'asthme, de polypes nasaux et d'intolérance à l'aspirine (1929).
Widal meurt au début de l'année 1929 d'une hémorragie cérébrale consécutive à une crise de goutte. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise
Source Wikipédia

 

 

 

 

Fermer