Retour
1517-

 

1517- 2017 - Le Havre 500 ans


vente anticipée : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et au havre du 31 aout au 3 septembre 2017
Vente générale : 4 septembre 2017
Retrait de la vente : 30 juin 2018
Valeur faciale : 0.85 €
Graveur : Ève Luquet
Dessinateur ou mise en page: Ève Luquet
Dentelure : Dentelé 13¼
Couleur : polychromie
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 800.016.
Bande phosphore : 2 bandes
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5166
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,68 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,23 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 

Informations sur le visuel
Le timbre présente au premier plan, le Bassin du Commerce que traverse la passerelle piétonne Le Chevalier, oeuvre de Guillaume Gillet, construite à la fin des années 60, primée en 1972 au concours des Plus Beaux Ouvrages de Construction Métallique et rénovée récemment. Au second plan une perspective qui valorise les oeuvres d'Oscar Niemeyer (Le Volcan, qui abrite la première maison de la culture installée en France) et d'Auguste Perret (Église St Joseph) Éve Luquet à travers sa gravure, a su révéler la lumière particulière de cette ville, et tout son art architectural.

 

Informations complémentaires

Le Havre

est une commune française du Nord-Ouest de la France située sur la rive droite de l'estuaire de la Seine. La ville et le port sont officiellement fondés par le roi François Ier en 1517. Le développement économique à l'époque moderne est entravé par les guerres de religion, les conflits avec les Anglais, les épidémies et les tempêtes. C'est à partir de la fin du XVIIIe siècle que Le Havre s'agrandit et que le port prend son essor grâce à la traite négrière puis au commerce international. Le port du Havre est le deuxième de France après celui de Marseille en terme de grandeur.
Le Pont de Normandie, une structure à haubans, enjambe l'estuaire et relie la ville à celle de Honfleur. Après la 2nde Guerre mondiale, le centre-ville grandement endommagé fut redessiné par le célèbre architecte belge Auguste Perret. De nos jours, Le Havre renferme de nombreux monuments en béton armé.
Source Wikipédia

 

Un peu d'histoire
Elle a été le port d'attache des grands transatlantiques comme le Normandie et le France. Elle a accueilli les négoces et les échanges du monde entier, le commerce du café et du cacao, les bois exotiques des colonies, les hydrocarbures et, plus récemment, les conteneurs dont elle est devenue le principal port national. Son histoire est liée aux ambitions du pays, à celles de François Ier qui l'a fondée en 1517 sur l'embouchure de la Seine, et à l'expansion économique des siècles qui ont suivi.
Elle a eu un âge d'or, entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale. Mais, le 5 et le 6 septembre 1944, elle est bombardée par les forces alliées et il ne subsiste alors qu'un immense champ de ruines. 
Le Havre, ville martyre, devient l'un des symboles de la Reconstruction et un formidable terrain d'expérimentation urbanistique. Sous l'égide d'Auguste Perret, le centre-ville retrouve une existence et une cohérence, avec un plan qui allie l'utilisation du béton à un classicisme structurel, définissant une alternance d'immeubles d'habitation, de monuments publics et d'espaces ouverts. Elle célèbre ses 500 ans avec « Un Été au Havre 2017 » qui présente des manifestations artistiques et culturelles dans divers lieux de la ville. Une vitalité qui témoigne d'une ville en perpétuel devenir.
© Antoine Vigne - La Poste
D'après le communiqué de presse de Phil@Poste