Retour
150

 

150 ans de transmissions militaires.


vente anticipée : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et Hettange-Grande (57330) 40e régiment de transmissions le 29 et 30 septembre 2017
Vente générale : 2 octobre 2017
Retrait de la vente : 31 juillet 2018
Valeur faciale : 1.46 €
Dentelure : Dentelé 13¼
Couleur : Quadrichromie
Mode d'impression : Héliogravure
Quantite émis : 800.016.
Bande phosphore : 2 bandes
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5172
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 1,13 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,38 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 

Informations sur le visuel
Stéphan Agosto, dessinateur et scénariste de bande dessinée français, a symbolisé les transmissions au service des 3 armées par un avion Rafale, un char Leclerc et une Frégate Européenne (Multi Mission Fremm).
Le bleu-de-ciel est très présent sur le timbre car c'est la couleur emblématique des transmissions, qui rappelle la teinte des parements de l'uniforme porté par les unités de la « Bleue », constituées du personnel militarisé issu de l'administration des télégraphes.

 

Un peu d'histoire
Les campagnes de Crimée et d'Italie l'avaient démontré : les employés de la direction civile du service télégraphique étaient dévoués mais ne possédaient aucun des réflexes militaires nécessaires. Le maréchal Niel, ministre de la Guerre, décide donc en 1867 de doter l'armée d'un service télégraphique efficace, confié à l'arme du génie. Malheureusement, à la veille de la guerre de 1870, rien n'est prêt. Mal employés et mal équipés, les premiers transmetteurs militaires du 1er régiment du génie de Metz, qu'on appelait sapeurs-télégraphistes, sont faits prisonniers et cette expérience se solde par un échec. Malgré cela, la télégraphie militarisée l'emporte dans l'esprit des chefs politiques et militaires. Le succès opérationnel et technique de l'emploi de la TSF durant la campagne du Maroc en 1908 confirme la pertinence de ce choix. Les équipements des sapeurs-télégraphistes servent à la fois les troupes au sol et les marins. Sous la houlette du commandant Gustave Ferrié, le développement des transmissions pendant la Première Guerre mondiale est exceptionnel et contribue très largement aux succès des opérations. Les premiers avions de guerre en bénéficient. Répondant à une stratégie de guerre de positions, la situation des transmissions en 1939 n'est pas adaptée. Pour mettre fin à cette situation, il est décidé de créer une arme autonome des transmissions le 1er juin 1942. Du XIXe siècle, les transmetteurs conservent le bleu des uniformes des agents des Postes et Télégraphes. Aujourd'hui, ils doivent conjuguer les forces et les faiblesses d'un monde de plus en plus numérisé. Leur abnégation et leur capacité d'adaptation sont plus que jamais nécessaires pour satisfaire en toutes circonstances les besoins en liaisons du haut commandement national et des forces armées
© La Poste - Yves-Tristan Boissan Président de l'UNATRANS