Retour
Blaise

 

Blaise Pascal (1623-1662) Écrivain, philosophe, théologien et mathématicien


Vente générale : 31 juillet 1944
Retrait de la vente : 18 novembre 1944
Valeur faciale : 1 f 20 + 2 f 80
Graveur : Pierre Munier
Dessinateur ou mise en page: Gérard Edelinck
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 1.050.000
Catalogue Yvert et Tellier : N° 614
Catalogue Maury : N° 614
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,43 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,29 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,43 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 

Informations complémentaires

Blaise Pascal

né le 19 juin 1623 à Clairmont (aujourd'hui Clermont-Ferrand), mort le 19 août 1662 à Paris, est un mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste et théologien français.
Les premiers travaux de Pascal concernent les sciences naturelles et appliquées. Il contribue de manière importante à l'étude des fluides. Il a clarifié les concepts de pression et de vide, en étendant le travail de Torricelli. Pascal a écrit des textes importants sur la méthode scientifique.
À 19 ans, il invente la première machine à calculer et après trois ans de développement et 50 prototypes, il la présente à ses contemporains en la dédiant au chancelier Séguier. Dénommée machine d'arithmétique, puis roue pascaline et enfin pascaline, il en construisit une vingtaine d'exemplaires dans la décennie suivante.
Mathématicien de premier ordre, il crée deux nouveaux champs de recherche majeurs : tout d'abord il publie un traité de géométrie projective à seize ans , ensuite il développe en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, donnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales.
Après une expérience mystique qu'il éprouva à la suite d'un accident de carrosse en octobre 1654, il se consacre à la réflexion philosophique et religieuse. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, ces dernières n'étant publiées qu'après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire, alors qu'il a été longtemps malade (sujet à des migraines violentes en particulier).
Source Wikipédia