Fermer

Daniel Boulanger 1922-2014

D'après photo (c) Ulf Andersen /Aurimage.

Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 2022

Listage des timbres de l'année 2022

 

Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et Médiathèque, 1 place Saint-Pierre Senlis le 21 et 22 janvier 2022
Cachet premier jour créé par : Mathilde Laurent

 

Premier jour : Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et Médiathèque, 1 place Saint-Pierre Senlis le 21 et 22 janvier 2022
Vente générale : 24 janvier 2022
Valeur faciale : 1.43 €
Affranchissement : Lettre prioritaire
Création : UIF Andersen
Mise en page: Valérie Besser

Département concerné par ce timbre : Oise

Dentelure : Dentelé
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Quantite émis : 705.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres
Bande phosphore : 2 barres

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Informations sur le sujet du timbre

Daniel Boulanger

Poète, écrivain, scénariste, Daniel Boulanger (Compiègne 1922-Senlis 2014) fut aussi acteur. Crâne rasé, regard perçant vite éclairé d’une lueur malicieuse, il incarne l’inspecteur Vital de À bout de souffle de Jean-Luc Godard et l’un des frères de Charlie (interprété par Charles Aznavour) dans Tirez sur le pianiste de Fançois Truffaut.
Adolescent, il se destine à la prêtrise. Pendant l’Occupation, la religion lui sauve la vie. Résistant, arrêté pour sabotage, il échappe au pire grâce à l’intervention d’un chanoine. Après la guerre, il mène une vie d’itinérance, du Brésil au Tchad, devient courtier en art, participe à la reconstruction des chemins de fer en Bulgarie… En 1958 paraît La Rue Froide, premier d’une longue série de romans. Son écriture abrupte et sensible, gorgée de saveurs, donne des couleurs aux obscurs, aux « dérangés ». Scénariste, révélé avec la Nouvelle Vague, Daniel Boulanger collabore avec Claude Chabrol, Jean-Paul Rappeneau, Philippe de Broca, Louis Malle, Alain Corneau…
Remarquable dialoguiste, il lui suffit de quelques brèves répliques pour camper un personnage. Sa plume incisive trouve son terrain de prédilection dans le format de la nouvelle : « Elle ne tient pas sa langue, sous son aspect taciturne. Elle sous entend beaucoup à proportion qu’elle dit peu. » Cet art du peu inspire également son œuvre poétique. Source © La Poste – Jérôme Coignard

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 2021841 fois depuis le 1er mai 2022