Fermer

 

Ludwig van Beethoven 1770-1827

D'après photos © Josef Karl Stieler (1781-1558) - Ludwig van Beethoven mit dem Manuskript der Missa solemnis, 1820. © Page du manuscrit de la main de Ludwig van Beethoven. Sonate au Claire de Lune, akg-images / Beethoven-Haus Bonn
Timbre : Courant / moderne

Ludwig van Beethoven

 

 

Oblitération 1er jour à  Paris au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS. le 23 et 24 octobre 2020
Cachet premier jour créé par : Stéphane Manel

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à  Paris au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS. le 23 et 24 octobre 2020
Vente générale : 26 octobre 2020
Valeur faciale : 1.40 €
Affranchissement : Lettre prioritaire 20g pour l'international
Création : Stéphane Manel
Mise en page: Valérie Besser

Dentelure : Dentelé 13¼ x 13
Couleur : ocre, gris et noir
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 30 x 40.85 mm
Quantite émis : 400.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres

 


Timbres présentants : Les Musiciens, chef d'orchestres, compositeurs

 


Ludwig van Beethoven

est né à Bonn en décembre 1770. Ce chef-lieu général de l’électorat de Cologne était alors une ville connue pour l’imprégnation des idées de l’Aufklärung – philosophie des Lumières allemande. Beethoven en fut fortement marqué.
Son apprentissage de la musique débute quand il a cinq ans. Sa production musicale débute en 1782-1783. Ces premières compositions sont fortement influencées par Jean-Sébastien Bach et ses fils Carl Philipp Emanuel et Johann Christian. C’est en 1784 qu’il devient organiste adjoint à la cour de l’Électeur. Déjà, il y improvise et les auditeurs reconnaissent son style. Ces improvisations le marqueront longtemps.
Beethoven s’installera définitivement dans la capitale autrichienne en 1792 pour devenir l’élève de Joseph Haydn. À son arrivée à Vienne, ses compositions manquaient encore de maturité et c’est le pianiste virtuose qui fut remarqué. Tout en devenant le compositeur de génie que l’on connaît, son talent de pianiste lui donnait accès aux meilleures demeures, lui assurait une riche vie sociale. Malheureusement, la surdité mit un terme à ses fréquentations, entraînant un mal-être qu’il livre de façon émouvante dans son « testament de Heiligenstadt ». Beethoven contracta une pneumonie à la fin de l’année 1826. Il ne s’en releva pas et mourut le 26 mars 1827.
Source © - La Poste – Gérard Dôle - Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

Fermer