Fermer

 

Philippe Pinel (1745-1826) médecin, renommé comme aliéniste

Timbre : Courant / moderne


Série sur les grands médecins

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Jonquière le 25 janvier 1958

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Jonquière le 25 janvier 1958
Vente générale : 27 janvier 1958
Retrait de la vente : 10 mai 1958
Valeur faciale : 8 f
Graveur : Pierre Munier

Dessinateur : André Spitz

Département concerné par ce timbre : Tarn
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : olive
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 2.600.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1142
Catalogue Spink / Maury : N° 1142
Valeur marchande timbre neuf : 0,25 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,14 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,18 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Médecins, chirurgiens, biologiste

 


Philippe Pinel

(20 avril 1745 à Jonquières (Tarn) - 25 octobre 1826 à Paris) est un savant français, médecin renommé comme aliéniste précurseur de la psychiatrie et accessoirement zoologiste
En 1793, le 25 août, pendant la Commune insurrectionnelle, il est nommé par décret médecin des aliénés de Bicêtre, sur proposition de Jacques-Guillaume Thouret et de Pierre Jean Georges Cabanis. Il y observe avec attention les pratiques de Jean-Baptiste Pussin, qui développe le « traitement moral » des aliénés, il mit en pratique la suppression de l'usage des chaînes à Bicêtre (Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou La manie (1801), page 201).
En 1801, il rédige un Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale. Reposant sur les organes lésés, cette classification distingue :
>la simple mélancolie (délire partiel)
la manie (délire généralisé)
la démence (affaiblissement intellectuel généralisé)
l'idiotisme (abolition totale des fonctions de l'entendement).
Pinel supprima les saignées et les médications inutiles qui ne faisaient qu'affaiblir les aliénés.
Il demeure légitime de voir en lui le père de la médecine mentale, future psychiatrie. Il préconisait un traitement moral.
Ses idées, reprises par Esquirol, donneront naissance à la réglementation psychiatrique de 1838, restée en vigueur jusqu'en 1990.
Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (18e)

 

 

 

 

 

 

Fermer