Fermer

Gustave Courbet (1819-1877) Peintre, sculpteur


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1958

Listage des timbres de l'année 1958

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Ormans le 7 juin 1958

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Ormans le 7 juin 1958
Vente générale : 9 juin 1958
Retrait de la vente : 29 novembre 1958
Valeur faciale : 15 f + 5 f
Graveur : Jean Pheulpin

Dessinateur : Paul Pierre Lemagny

Département concerné par ce timbre : Doubs

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : outremer
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 1.200.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 1169
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 1169
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,59 €
Valeur marchande timbre neuf avec charnière : 0,41 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,50 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Informations sur le sujet du timbre
Gustave Courbet (1819-1877) Peintre, sculpteur 

Gustave Courbet (Image Wikipédia)

 

Gustave Courbet

né le 10 juin 1819 à Ornans, près de Besançon (Doubs), et mort le 31 décembre 1877 à La Tour-de-Peilz en Suisse, est un peintre et sculpteur français, chef de file du courant réaliste.
En 1849, Courbet revient à Ornans où son père Régis lui a aménagé un atelier de fortune dans le grenier de la maison familiale. Il y composera certaines de ses oeuvres les plus monumentales. Ce retour aux sources, dans son pays natal, va changer sa manière de peindre : il abandonne le style romantique de ses premiers autoportraits et de sa Nuit de Walpurgis. Inspiré par son terroir, il crée un style qu'il qualifie lui-même de réalisme.
En 1850, il peint Les Paysans de Flagey revenant de la foire, exposé au musée de Besançon. L'oeuvre fera scandale. Les Baigneuses de 1853 a créé beaucoup de controverse, on voit deux femmes, dont une nue avec un voile
Ses idées républicaines et socialistes lui font refuser la Légion d'honneur, proposée par Napoléon III. Ruiné après la chute de la Commune, ses biens mis sous séquestre, ses toiles confisquées. Il s'exile en Suisse, à La Tour-de-Peilz, près de Vevey. Par solidarité avec ses compatriotes exilés de la Commune de Paris, Courbet refusa toujours de retourner en France avant une amnistie générale. Sa volonté fut respectée, et son corps fut inhumé à La Tour-de-Peilz le 3 janvier 1878, après sa mort survenue le 31 décembre 1877. Sa dépouille a été transférée à Ornans en 1919.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer