Fermer

Jean Martin Charcot (1825-1893) médecin neurologue


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1960

Listage des timbres de l'année 1960

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 11 juin 1960 

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 11 juin 1960 
Vente générale : 13 juin 1960
Retrait de la vente : 26 novembre 1960
Valeur faciale : 30 c + 10 c
Graveur : Claude Durrens

Dessinateur : Charles Mazelin

Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : lie de vin et rouge
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm (vignette 36 x 21,45 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 1.600.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 1260
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 1260
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,94 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,88 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Médecins, chirurgiens, biologiste

 


Informations sur le sujet du timbre

Jean-Martin Charcot

né à Paris le 29 novembre 1825 et mort à Montsauche-les-Settons le 16 août 1893, est un neurologue français, professeur d'anatomie pathologique et académicien. Découvreur de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie neurodégénérative à laquelle son nom a été donné dans la littérature médicale francophone
Après un premier échec en 1847, Charcot est admis cinquième sur dix-neuf au concours de l'internat des hôpitaux de Paris le 18 décembre 1848, neuf mois après la Révolution qui a instauré la Deuxième République.
Il passe avec succès le concours des médecins des hôpitaux le 21 avril 1856 et est affecté à l'hôpital de la Salpêtrière. En 1868, il décrit avec son camarade de faculté Alfred Vulpian la sclérose en plaques, qu'il différencie de la maladie de Parkinson, et, l'année suivante, la sclérose latérale amyotrophique.
Charcot souffre d'une insuffisance coronarienne chronique. Il a subi la première attaque sévère au réveillon 1890 et, après des évanouissements répétés, a dû interrompre son enseignement au cours de l'année 1891. Dans la nuit du 16 août 1893, au cours d'une excursion dans le Morvan organisée avec deux de ses étudiants pour découvrir, à l'invitation de René Vallery-Radot, Vézelay et les églises de la région, il meurt subitement d'un œdème pulmonaire dans une auberge située près du lac des Settons. Le 19, des obsèques nationales sont organisées à la chapelle Saint Louis de la Salpêtrière. Les honneurs militaires rendus, il est inhumé dans le caveau familial, au cimetière de Montmartre.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer