Fermer

 

ARPHILA 75
48ème Congrès de la Fédération Française des Associations Philatéliques

Tableau de Juan Miró


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1974

Listage des timbres de l'année 1974

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 14 septembre 1974

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 14 septembre 1974
Vente générale : 16 septembre 1974
Retrait de la vente : 17 octobre 1975
Valeur faciale : 2 f
Dessinateur : Juan Miro
Dentelure : 12 x 13
Couleur : bleu rouge vert jaune et noir
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 40,85 x 52 mm (image 36,85 x 48 mm bords externes des filets)
Quantité émis : 6.800.000
Présentation : Feuille de 25 timbres
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 1811
Catalogue Spink / Maury France : N° 1804
Catalogue Michel : N° FR 1885Zf,
Catalogue Scott : N° FR 1395
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,30 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,26 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Thématique catégorie : Peintres, sculpteurs, tableaux, architects

 


Informations sur le sujet du timbre
ARPHILA 75 <br> 48ème Congrès de la Fédération Française des Associations Philatéliques 

Joan Miró (Image Wikipédia)

 

Joan Miró

né Joan Miró i Ferrà à Barcelone le 20 avril 1893 et mort à Palma de Majorque le 25 décembre 1983 (à 90 ans), est un peintre, sculpteur, graveur et céramiste. De nationalité espagnole, Joan Miró se définit comme « catalan international ». C'est l'un des principaux représentants du mouvement surréaliste.
Son oeuvre reflète son attrait pour le subconscient, pour « l'esprit enfantin », et pour son pays. À ses débuts, il montre de fortes influences fauvistes, cubistes et expressionnistes, avant d'évoluer dans de la peinture plane avec un certain côté naïf. Le tableau intitulé La Ferme, peint en 1920, est l'une des toiles les plus connues de cette époque.
À partir de son départ pour Paris, son oeuvre devient plus onirique, ce qui correspond aux grandes lignes du mouvement surréaliste auquel il adhère. Dans de nombreux entretiens et écrits des années 1930, Miró manifeste son désir d'abandonner les méthodes conventionnelles de la peinture. Il ne veut se plier à aucune exigence, ni à celles de l'esthétique et de ses méthodes, ni à celles du surréalisme.
En son honneur a été fondée à Barcelone la « Fondation Joan-Miró », en 1975. C'est un centre culturel et artistique dévolu à la présentation des nouvelles tendances de l'art contemporain. Elle est initialement alimentée par un important fonds offert par le maître.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 10 280 613 fois depuis le 1er mai 2022