Fermer

 

Eugène Fromentin (1820-1876) peintre et écrivain

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à La Rochelle le 25 septembre 1976

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à La Rochelle le 25 septembre 1976
Vente générale : 27 septembre 1976.
Retrait de la vente : 15 avril 1977.
Valeur faciale : 1 f + 20
Graveur : Claude Andréotto

Dessinateur : Claude Andréotto

Département concerné par ce timbre : Vendée
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : outremer violet-brun et lilas-rose
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 3.000.000
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1897
Catalogue Spink / Maury : N° 1897
Valeur marchande timbre neuf : 0,18 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,15 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Eugène Fromentin

né le 24 octobre 1820 à La Rochelle, où il est mort le 27 août 1876, est un artiste peintre et un écrivain français.
Fin 1852, il effectua le deuxième de ses trois voyages en Algérie. Ses notes lui permettent, à son retour, de donner à ses tableaux une exactitude réaliste. D'un certain point de vue, ses travaux ont été tout autant une contribution à l'ethnologie que de pures oeuvres d'art.
Le style de Fromentin est influencé par Eugène Delacroix. Ses oeuvres se distinguent par leur composition frappante, leur dextérité et l'utilisation de couleurs brillantes. Elles traduisent la grandeur inconsciente des attitudes barbares et animales.
La peinture de Fromentin n'est qu'une facette de son génie, qui s'est aussi manifesté dans la littérature, avec moins de profusion toutefois. En 1854, paraît dans la Revue de Paris de juin à décembre Un été dans le Sahara. En 1856, encouragé par les critiques élogieuses, il entreprend la rédaction d'Une année dans le Sahel que publie d'abord L'Artiste en intitulant sa première partie « Alger, fragments d'un journal de voyage » en 1857.
Il meurt dans sa maison de campagne, à Saint Maurice, faubourg de La Rochelle, le 27 août de cette même année.
Il repose au cimetière de Saint-Maurice à proximité de sa famille et non loin de la jeune femme qui lui a inspiré son roman Dominique, Jenny Léocadie Chessé.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer