Fermer

 

Viollet le Duc (1814-1879) architecte français


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1980

Listage des timbres de l'année 1980

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 6 février 1980

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 6 février 1980
Vente générale : 18 févrtier 1980
Retrait de la vente : 7 novembre 1980
Valeur faciale : 1 f 30 +30 c
Graveur : Marie-Noëlle Goffin

Dessinateur : Marie-Noëlle Goffin

Département concerné par ce timbre : Paris
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm bords externes des filets)
Quantité émis : 3.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 2095
Catalogue Spink / Maury France : N° 2100
Catalogue Michel : N° FR 2215
Catalogue Scott : N° FR B523
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,23 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,21 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Thématique catégorie : Personnages inclassables

 


Informations sur le sujet du timbre
Viollet le Duc (1814-1879) architecte français 

Viollet-le-Duc (Image Wikipédia)

 

Viollet-le-Duc

né le 27 janvier 1814 à Paris, et mort le 17 septembre 1879 à Lausanne, est l'un des architectes français les plus célèbres du XIXe siècle, connu auprès du grand public pour ses restaurations de constructions médiévales, par ailleurs très controversées.
Outre son travail de restaurateur, on lui doit aussi d'avoir posé les bases de l'architecture moderne, par ses écrits théoriques marqués par le rationalisme (Entretiens sur l'architecture, 1863), et d'avoir directement inspiré de nombreux architectes
Au début des années 1830, un mouvement de restauration du patrimoine médiéval apparut en France. Prosper Mérimée devenu inspecteur général des monuments historiques, demanda à Viollet-le-Duc de restaurer la basilique de Vézelay en 1840, le mont Saint-Michel et la collégiale de Clamecy. Ce travail marqua le commencement d'une longue série de restaurations, dont les plus connues sont la cité de Carcassonne, la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1843 avec Jean-Baptiste-Antoine Lassus. Viollet-le-Duc doit beaucoup à cet architecte et historien de l'architecture et des arts décoratifs du Moyen Âge dont l'église Saint-Jean-Baptiste de Belleville est l'oeuvre la plus achevée. Viollet-le-Duc travaillera aussi sur les châteaux de Roquetaillade, de Montépilloy, de Coucy et de Pierrefonds.

Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 10 177 617 fois depuis le 1er mai 2022