Fermer

Frédéric Mistral (1830-1914) écrivain et lexicographe français de langue d'Oc


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1980

Listage des timbres de l'année 1980

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Maillane le 6 septembre 1980

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Maillane le 6 septembre 1980
Vente générale : 8 septembre1980
Retrait de la vente : 8 mai 1981
Valeur faciale : 1 f 40 + 30 c
Graveur : Jacques Gauthier
Dessinateur : Jacques Gauthier
Département concerné par ce timbre : Bouches-du-Rhône

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm ( image 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 3.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 2098
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 2103
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,23 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,23 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Informations sur le sujet du timbre

Frédéric Mistral

est un écrivain et lexicographe français de langue d'oc (8 septembre 1830-1914 à Maillane) Il est le poète d'une idée de la Provence. À cette idée, il a consacré sa vie d'homme et voué son oeuvre d'écrivain. Durant toute sa jeunesse passée aux pieds des Alpilles, au milieu des champs d'oliviers et des agriculteurs, Frédéric Mistral n'a entendu parler que la langue provençale. Il commence dès 1851 un poème épique en douze chants, Mirèio (Mireille) qui sera publié en 1859 qui évoque des passions soumises à une fatalité toute romantique dans le cadre puissamment réaliste de la Provence rhodanienne. Cette oeuvre reste aujourd'hui comme le plus grand chef d'oeuvre de la poésie provençale. Mistral s'allie au poète Roumanille, et organise avec lui la renaissance de la langue provençale. Ils fondent alors avec cinq autres poètes provençaux le Félibrige, qui a permis de grandement promouvoir la langue d'oc.Il obtient le prix Nobel de littérature en 1904, plus précisément, la moitié du prix qu'il partage avec l'espagnol José de Echegaray

 

 

 

 

 

 

Fermer