Fermer

 

Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842) écrivain


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1983

Listage des timbres de l'année 1983

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Grenoble et Paris le 12 novembre 1983

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Grenoble et Paris le 12 novembre 1983
Vente générale : 14 septembre 1983
Retrait de la vente : 16 novembre 1984
Valeur faciale : 2 f + 40 c
Graveur : Pierre Forget

Dessinateur : Pierre Forget

Département concerné par ce timbre : Isère
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir et outremer
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm ( image 21,45 x 36 mm )
Quantité émis : 3.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 2284
Catalogue Spink / Maury France : N° 2287
Catalogue Michel : N° FR 2419
Catalogue Scott : N° FR B555
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,28 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,25 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Thématique catégorie : Poètes, écrivains, philosophes, historiens

 


Informations sur le sujet du timbre
Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842) écrivain 

Stendhal (Image Wikipédia)

 

Henri Beyle, plus connu sous le pseudonyme de Stendhal

né le 23 janvier 1783 à Grenoble et mort le 23 mars 1842 à Paris d'une apoplexie, est un écrivain français, connu en particulier pour ses romans Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme.
De tempérament timide et romanesque, souffrant de l'hypocrisie de la société de son temps, il invente pour lui-même une « méthode pratique du bonheur », le beylisme.
C'est à partir de 1827, à l'âge de quarante-quatre ans, qu'il se lance dans le roman, avec Armance, mal compris de ses contemporains , puis c'est Le Rouge et le Noir, paru juste après la Révolution de Juillet 1830, qui lui confère une certaine notoriété, dont il ne profite pas, ayant été nommé consul à Civitavecchia par le gouvernement de Juillet. Lors de l'un de ses congés à Paris, il écrit La Chartreuse de Parme, qui suscite l'admiration d'Honoré de Balzac. Il meurt à Paris d'une crise cardiaque en pleine rue le 23 mars 1842.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 8 147 970 fois depuis le 1er mai 2022