Fermer

Jean Paulhan (1884-1968) critique et essayiste


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1984

Listage des timbres de l'année 1984

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Nimes le 27 octobre 1984

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Nimes le 27 octobre 1984
Vente générale : 29 octobre 1984
Retrait de la vente : 11 octobre 1985
Valeur faciale : 2 f 10 + 40 c
Graveur : Jacques Combet

Dessinateur : Jacques Combet

Département concerné par ce timbre : Gard

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : brun et noir
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm )
Quantite émis : 3.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 2331
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 2337
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,30 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,26 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Personnages célèbres

 


Informations sur le sujet du timbre
Jean Paulhan (1884-1968) critique et essayiste 

Jean Paulhan (Image Wikipédia)

 

Jean Paulhan

né à Nîmes (Gard) le 2 décembre 1884 et mort à Neuilly sur Seine le 9 octobre 1968, est un écrivain, critique et éditeur français, animateur de La Nouvelle Revue française (NRF) de 1925 à 1940 puis, aux côtés de sa compagne secrète Dominique Aury, de 1953 à 1968.
Il écrit dans des revues de philosophie, comme La Revue philosophique de la France et de l'étranger, ou de sciences sociales, comme Le Spectateur.
À la déclaration de la guerre, il est affecté au 9e régiment de zouaves, où il obtient le grade de sergent. Il est blessé pendant la nuit de Noël 1914.
Après la guerre, il se lie avec Paul Éluard et André Breton, mais devient en 1919 le secrétaire de Jacques Rivière, à la NRF.
Il reprend la direction de la NRF après que celle-ci a été autorisée à reparaître, d'abord en janvier 1953, sous le titre Nouvelle Nouvelle Revue française, puis sous son titre initial, à partir de janvier 1959. Mais sa collaboration avec Marcel Arland devient de plus en plus tendue. Sans abandonner le terrain de la littérature contemporaine, il travaille à ses oeuvres complètes, qui seront publiées, dans leur première édition, chez l'éditeur Claude Tchou, de 1966 à 1970. Il est élu membre de l'Académie française le 24 janvier 1963par dix-sept voix contre dix pour le duc de Castries.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

 

Cette page a été visitée 1963859 fois depuis le 1er mai 2022