Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 16/11/2023

Les boites à musique et automates

La joueuse de tympanon


D’après photos : Timbre « Pendule à orgues » © L.Degrâces et P.Ladret / Petit Palais / Roger-Viollet -Timbre La leçon de chant » : ©Musée Paul Dupuy, Toulouse, France / Bridgeman Images - Timbre « L’automate magicien » : © De Agostini Picture Library / A.Dagli Orti / Bridgeman Images - Timbre « Boite à musique danseuse » : © De Agostini Picture Library / A.Dagli Orti/ Bridgeman Images Timbre « L’oiseau chanteur » : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet - Timbre « la joueuse de tympanon » : © Musée des arts et métiers-Cnam/photo Pascal Faligot Petit carillon à six timbres du fond du bloc : © Musée des arts et métiers-Cnam/photo Sylvain Pelly

Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 2015

Listage des timbres de l'année 2015

 

Oblitération illustrée 1er jour à Paris, au Salon d'automne et au Carré d'Encre le 6 et 7 novembre 2015
Cachet premier jour créé par : Elsa Catelin

 

Premier jour : Oblitération illustrée 1er jour à Paris, au Salon d'automne et au Carré d'Encre le 6 et 7 novembre 2015
Vente générale : 9 novembre 2015
Retrait de la vente : 26 aout 2016
Valeur faciale : 0.68 €
Affranchissement le plus courant : Lettre verte moins de 20gr pour la France, Andorre et Monaco
Graveur : Elsa Catelin

Création : Elsa Catelin

Dentelure : 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm
Quantité émis : 700.000.
Présentation : Bloc feuillet de 6 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 4998
Catalogue Spink / Maury France : N° 4952
Catalogue Michel : N° FR 6306
Catalogue Scott : N° FR 4914f
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,63 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,33 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


 


Informations sur le sujet du timbre

La Joueuse de tympanon

elle a été créée dans les années 1780 par un horloger allemand, Peter Kinzing, et l’ébéniste de la reine, David Roentgen. L’automate mesure environ 45 centimètres de haut et est assis devant une table en bois sur laquelle est posé un tympanon. Il est commandé par un cylindre en laiton entraîné par un remontoir à ressort, le mécanisme étant situé dans le corps de la joueuse et dans la table. En tournant, le cylindre actionne des cames contrôlant le mouvement des bras et de la tête. La joueuse joue réellement : ce sont réellement les mailloches tenues par ses mains qui font vibrer les cordes de l’instrument en les percutant. En 1864, l’automate a été cédé au musée des Arts et Métiers de Paris qui le conserve toujours.
Source : divers documents internet dont Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 9 886 019 fois depuis le 1er mai 2022