Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 16/11/2023

Salon philatélique de printemps Belfort


D’après photos Fernand Lienhard

Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 2016

Listage des timbres de l'année 2016

 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et Belfort le 1er avril 2016
Cachet premier jour créé par : Mathilde Laurent

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et Belfort le 1er avril 2016
Vente générale : 4 avril 2016
Retrait de la vente : 27 janvier 2017
Valeur faciale : 0.70 €
Affranchissement le plus courant : Lettre verte jusqu'à 20g pour la France, Monaco, Andorre 
Graveur : Line Filhon

Création : Line Filhon

Département concerné par ce timbre : Territoire-de-Belfort
Dentelure : 13 x 12¾
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 60 x 25 mm
Quantité émis : 1.500.000.
Présentation : Feuille de 40 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 5041
Catalogue Spink / Maury France : N° 4995
Catalogue Michel : N° FR 6413
Catalogue Scott : N° FR 5006
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,58 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,20 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Thématique catégorie : Congrès et expositions

 


Informations sur le sujet du timbre

Belfort

la Trouée de Belfort est une position stratégique prisée entre les mondes rhénan et rhodanien où la présence de populations est attestée depuis la Préhistoire. Rien d’étonnant donc, à ce qu’une ville s’y construise et Belfort est mentionnée dans les chartes à partir de 1226. Tour à tour française, allemande ou autrichienne, la ville est le lieu des grands conflits de l’époque moderne et contemporaine. La citadelle, édifiée par Gaspard de Champagne et améliorée notamment par Vauban, en témoigne. Autre témoignage de la résistance des Belfortains, une statue monumentale, la plus grande de France en grès rose des Vosges que la ville doit au sculpteur alsacien Auguste Bartholdi en 1880. Ce « lion harcelé, acculé et terrible encore en sa fureur », commémore la résistance de la ville face à la Prusse en 1870. Le quartier de la vieille ville offre aussi au regard la cathédrale Saint-Christophe, une église abbatiale construite entre 1727 et 1750. Comme le Lion de Belfort, elle est en grès rose et abrite un riche patrimoine artistique. Belfort doit également son développement à la volonté farouche de la ville à vouloir rester française après la défaite de 1871 (la seule d’Alsace). C’est ainsi que de nombreuses industries alsaciennes s’y sont installées.
Source Philinfo 2016

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 9 740 867 fois depuis le 1er mai 2022