Fermer

Auguste Rodin - 1840-1917 « Le Baiser » 1882

D'après une oeuvre d’Auguste Rodin

Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 2017

Listage des timbres de l'année 2017

 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre, au Musée Rodin à Paris et au Musée des Arts à Calais, le 15 septembre 2017
Cachet premier jour créé par : Gilles Bosquet

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre, au Musée Rodin à Paris et au Musée des Arts à Calais, le 15 septembre 2017
Vente générale : 18 septembre 2017
Retrait de la vente : 30 juin 2018
Valeur faciale : 1.30 €
Affranchissement : Lettre prioritaire 100g
Graveur : Elsa Catelin

Création : Elsa Catelin

Département concerné par ce timbre : Hauts-de-Seine

Dentelure : Dentelé 13¼ x 12¾
Couleur : polychromie
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40,85 x 52 mm (image 36,85 x 48 mm )
Quantite émis : 800.000.
Présentation : Feuille de 30 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 5168
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 1,25 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,50 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Informations sur le sujet du timbre
Auguste Rodin - 1840-1917  « Le Baiser » 1882

Auguste Rodin

(René François Auguste Rodin), né à Paris le 12 novembre 1840 et mort à Meudon le 17 novembre 1917, est l'un des plus importants sculpteurs français de la seconde moitié du XIXe siècle, considéré comme un des pères de la sculpture moderne.
Héritier des siècles d'humanisme, l'art réaliste de Rodin est un aboutissement, croisement de romantisme et d'impressionnisme dont la sculpture est modelée par la lutte entre la forme et la lumière. La virilité de l'artiste, surnommé en son temps le « Bouc sacré », provoqua des drames semi-publics ou privés et est au centre d'une expression plastique de la sensualité, de l'érotisme, mais aussi de la douleur.
Par sa capacité de travail et d'organisation, Rodin laisse une oeuvre se compose d'environ 7 000 sculptures, 10 000 dessins, 1 000 gravures et 10 000 photographies .
Source Wikipédia

 

De nombreuses expositions en France et à l'étranger célèbrent cette année le centenaire de la mort d'Auguste Rodin (1840-1917). S'il connut de son vivant la gloire internationale, le maître débuta modestement. Admirateur de Carpeaux, de Barye dont il suit les cours au Muséum d'histoire naturelle, le jeune homme entre dans l'atelier de CarrierBelleuse, véritable entreprise produisant des sujets inspirés du XVIIIe siècle. L'Homme au nez cassé, son premier coup de maître, est refusé au Salon de 1864. En 1877, L'Âge d'airain vaut à Rodin un succès de scandale : on l'accuse d'avoir moulé ce nu puissant sur le modèle vivant.
À partir de 1880, il se consacre à La Porte de l'Enfer, inspirée de Dante. Ce chantier colossal est aussi le laboratoire de l'oeuvre à venir. Avec ses 186 figures, il la surnomme « l'arche de Noé de mes créations ». Exposé au Salon de 1881, son Saint Jean Baptiste attire l'attention de la critique. Rodin est dès lors reconnu comme celui qui a rendu la vie à la sculpture. Aux Bourgeois de Calais, commande de 1884, succèdent des projets de monuments à Victor Hugo, à Balzac… Parallèlement à ces grandes oeuvres, Rodin pratique le « collage » en sculpture, compose des assemblages à partir de membres épars. Le plâtre est le matériau de prédilection de ces expériences novatrices qui inspireront les créateurs du XXe siècle. Entrepris vers 1882, Le Baiser représente à l'origine Paolo et Francesca, condamnés à errer dans les Enfers. Mais ce groupe destiné à La Porte de l'Enfer prend bientôt son essor comme sculpture indépendante. Son succès public est immédiat, accompagné là encore d'un parfum de scandale. La nudité n'est alors acceptable que si elle se drape dans un prétexte mythologique ou allégorique… Triomphe du bonheur sensuel, souple et frémissant, Le Baiser est devenu, avec Le Penseur, une des icônes mondiales de la sculpture.
© Jérôme Coignard, La Poste

 

 

 

 

 

Fermer