Fermer

 

100 ans du Territoire de Belfort


D'après-photos (c) JF Lami CD90.

Timbre : Feuille
Listage des timbres de l'année 2022

 

Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et à l’hôtel du Département, salle du Conseil, 6 place de la Révolution française, 90000 BELFORT le 21 et 22 janvier 2022
Cachet premier jour créé par : Stéphane Humbert-Basset

 

Premier jour : Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et à l’hôtel du Département, salle du Conseil, 6 place de la Révolution française, 90000 BELFORT le 21 et 22 janvier 2022
Vente générale : 14 mars 2022
Valeur faciale : 17.40 €
Affranchissement le plus courant : Lettre verte 20g pour la France, Andorre et Monaco
Création : Stéphane Humbert-Basset

Département concerné par ce timbre : Territoire-de-Belfort
Dentelure : 13¼ x 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Héliogravure
Format de la feuille : 185 x 143 mm
Quantité émis : 47.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres

 


 


Informations sur le sujet du timbre

Belfort

En 2022, le Territoire de Belfort sera l’unique département français à fêter ses 100 ans. Son histoire est bien tumultueuse, car de tout temps cette terre géographiquement stratégique fut l’objet de convoitises. En effet, porte de Bourgogne et d’Alsace, couloir naturel et voie de passage, son appartenance évolua au gré des évolutions politiques et des conflits. Alors que l’Alsace est investie par les troupes prussiennes, Belfort, partie intégrante du Haut-Rhin, se retrouve en première ligne. La citadelle défendue par le colonel Denfert-Rochereau résiste 103 jours aux assaillants, même après la défaite de la France. Le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin au conflit. L’Alsace et une partie de la Lorraine sont cédées aux Allemands, mais en raison de leur héroïsme et de leur bravoure, Belfort et 105 communes sont les seules parties de l’Alsace à demeurer françaises, sous le nom d’« arrondissement subsistant du Haut-Rhin ». En 1918, La Grande Guerre prend fin. L’Alsace réintègre la France mais Belfort, qui avait évolué administrativement de façon bien différente, ne rejoint pas le HautRhin. En janvier 1921, Edmond Miellet, député de la ville, défend alors la création d’un département de Belfort s’appuyant sur des arguments démographiques, économiques, administratifs, patriotiques mais aussi linguistiques. La proposition est adoptée par le Parlement en décembre 1921, il faudra toutefois attendre le 11 mars 1922 pour que le Territoire de Belfort naisse officiellement.
Source © La Poste - Conseil départemental du Territoire de Belfort

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 9 402 243 fois depuis le 1er mai 2022