Fermer

 

 

Vente générale : 15 février 1945
Retrait de la vente : 24 novembre 1945
Valeur faciale : 1f 50
Graveur : Henri Cortot

Dessinateur : Pierre Gandon

Dentelure : 14 x 13½
Couleur : rose carminé
Mode d'impression : Typographie
Format du timbre : 20 x 24 mm (vignette 18x22 bords externes des filets)
Présentation : Feuille de 100 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 712
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 712
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,05 €
Valeur marchande timbre neuf avec charnière : 0,04 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,03 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les timbres du type Marianne

 

La Marianne de Gandon

est une série de timbres français d' usage courant , dessinée par Pierre Gandon et gravée par Henri Cortot . Les premières valeurs furent émises au début de l'année 1945 et la dernière valeur est retirée de la vente en 1955 . C'est le général de Gaulle qui avait confié à Gandon la réalisation de ce timbre. Pierre Gandon prit sa femme, coiffée d'un bonnet phrygien pour modèle. Le timbre est imprimée en typographie et taille-douce. Si les critiques de l'époque ont trouvé cette allégorie de la république laide, nombre de lecteurs des magazines philatéliques votent en sa faveur lors des votes sur les plus belles « Marianne ». Parmi les projets de trois artistes - Henry Cheffer, Charles Mazelin et Pierre Gandon - le général de Gaulle choisit la Marianne de Gandon pour symboliser la nouvelle France républicaine. « C'est pendant la Libération de Paris que j'ai fait le dessin de la Marianne » dira Pierre Gandon.  Cette « Marianne des barricades », très aimée des Français affranchira le courrier jusqu'en 1954.

Informations sur le sujet du timbre
Marianne de Gandon 

Raymonde Gandon (Image Wikipédia)

 

Marianne de Gandon

La Marianne de Gandon est une série de timbres français d'usage courant, dessinée par Pierre Gandon et gravée par Henri Cortot en typographie et par Gandon en taille-douce. Les premières valeurs furent émises au début de l'année 1945 et la dernière valeur est retirée de la vente en 1955.
A la Libération, le général de Gaulle choisit la Marianne de l'artiste Pierre Gandon parmi les projets de trois artistes Henry Cheffer, Charles Mazelin et Pierre Gandon. Le chef de la France libre souhaitait la présence de timbres créés et imprimés par les autorités françaises, et éviter la seule présence en France libérée de timbres imprimés aux États-Unis (Arc de triomphe) ou au Royaume-Uni (Marianne de Dulac).C'est une Marianne au port de tête énergique
Dans l'impossibilité d'obtenir un modèle professionnel Gandon demanda à son épouse Raymonde de poser et s'aida aussi d'une photo pour réaliser sa maquette.

 

 

 

 

 

 

 

Cette page a été visitée 1940713 fois depuis le 1er mai 2022