Fermer

 

Nouveau !! désormais vous pouvez déposer des annonces sur Timbres de France, toujours gratuitement, pour cela suivez ce lien
Annonces
Bonne journée
Jean
Timbre : Courant / moderne



 

Héros de la résistance

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Saint-Maixent le 19 avril 1958

 

Jean Cavaillès (1903-1944) héros de la résistance


Premier jour : Oblitération 1er jour à Saint-Maixent le 19 avril 1958
Vente générale : 21 avril 1958.
Retrait de la vente : .18 octobre 1958
Valeur faciale : 8 f
Graveur : Albert Decaris

Dessinateur : Albert Decaris
Département concerné par ce timbre : Deux-Sèvres
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : violet et brun noir
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 2.450.000
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 1157
Catalogue Maury Timbres français : N° 1157
Valeur marchande timbre neuf : 0,30 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,12 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,23 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 


Timbres présentants : Les Héros de la résistance

 


Jean Cavaillès (1903-1944) héros de la résistance 

Jean Cavaillès (Image Wikipédia)

 

Jean Cavaillès

né le 15 mai 1903 à Saint-Maixent (Deux-Sèvres) et fusillé le 17 février 1944 à Arras (Pas-de-Calais), est un héros de la Résistance.
Il est cofondateur à Clermont-Ferrand, en 1940, avec Lucie Aubrac et Emmanuel d'Astier de La Vigerie du mouvement Libération-Sud. Il est arrêté par la police française en août 1942 et interné à Montpellier puis à Saint-Paul-d'Eyjeaux, d'où il s'évade en décembre 1942.
Cavaillès est trahi par un de ses agents de liaison sans doute «retourné»
Arrêté le 28 août 1943 à Paris ensemble avec sa soeur Gabrielle, son beau-frère Marcel Ferrières et quatre autres membres de son réseau (dont Pierre Thiébaut), il est torturé par la Gestapo de la rue des Saussaies. Il ne parle pas, Cohors survit. Tous les sept sont incarcérés à Fresnes. Après cinq mois, Gabrielle Ferrières est remise en liberté, les autres sont transférés à Compiègne en attente d'être déportés. Cavaillès a comparu devant un tribunal militaire allemand et été fusillé sur-le-champ le 17 février 1944 dans la citadelle d'Arras.Il est enterré dans une fosse commune sous une croix de bois portant l'inscription « Inconnu no 5 ».À la Libération, son corps est exhumé. Compagnon de la Libération à titre posthume, il repose dans la chapelle de la Sorbonne.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française

 

 

 

 

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net