Fermer

 

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poétesse et comédienne

Timbre : Courant / moderne


 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Douai le 20 juin 1959

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Douai le 20 juin 1959
Vente générale : 22 juin 1959.
Retrait de la vente : .7 septembre 1959
Valeur faciale : 30 f
Graveur : Pierre Gandon

Dessinateur : Pierre Gandon

Département concerné par ce timbre : Nord
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : vert bleu brun lilas et bleu
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 4.200.000
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1214
Catalogue Spink / Maury : N° 1214
Valeur marchande timbre neuf : 0,06 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,05 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,06 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Marceline Desbordes-Valmore

née le 20 juin 1786 à Douai (Nord) et morte le 23 juillet 1859 à Paris, est une poétesse française.
La jeune fille de 15 ans et sa mère embarquent pour la Guadeloupe afin de chercher une aide financière chez un cousin aisé, installé là-bas. Le voyage devient un véritable calvaire, d'une part, la traversée en bateau dure plus longtemps que prévu et affaiblit les deux femmes , d'autre part, une épidémie de fièvre jaune se déclare en Guadeloupe et emporte, en mai 1803, la mère de Marceline enfin, des troubles politiques agitent l'île et la situation financière du cousin se révèle moins bonne qu'attendu, l'aide qu'il apporte est donc bien maigre. Afin de gagner sa vie Marceline devient comédienne dès l'âge de 16 ans.
En 1819, Marceline Desbordes-Valmore publie son premier recueil de poèmes, Élégies et Romances, qui attire l'attention et lui ouvre les pages de différents journaux. Après 1823, les ouvrages les plus importants de la poétesse sont les Élégies et poésies nouvelles (1824), les Pleurs (1833), Pauvres fleurs (1839) et Bouquets et Prières (1843). En 1832, elle cesse définitivement son activité au théâtre pour se consacrer à l'écriture. Toutes ses oeuvres, dont le lyrisme et la hardiesse de versification sont remarqués, lui valent une pension royale sous Louis-Philippe Ier et plusieurs distinctions académiques. Marceline Desbordes-Valmore décède à Paris, le 23 juillet 1859
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer