Fermer

 

François Couperin 1668-1733

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 23 mars 1968

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 23 mars 1968
Vente générale : 25 mars 1968
Retrait de la vente : 23 novembre 1968
Valeur faciale : 30c + 10c
Graveur : Jean Pheulpin

Dessinateur : Clément Serveau
Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : violet et lilas
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm bords externes des filets)
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1550
Catalogue Spink / Maury : N° 1550
Valeur marchande timbre neuf : 0,08 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,06 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Musiciens, chef d'orchestres, compositeurs

 


François Couperin, surnommé « le Grand »

Né à Paris le 10 novembre 1668, mort à Paris le 11 septembre 1733.
Il étudie la musique dans le cadre familial, puis avec Jacques Thomelin organiste du roi.
A 17 ans, en 1685, il reprend, pour une rémunération de 300 livres par an, le poste qui lui est réservé à l'orgue de Saint-Gervais, après un intérim de Michel Richard De Lalande. Son oncle Louis, puis son père, de 1661 à 1679 y ont tenu le poste.
Son oeuvre comprend de nombreuses pièces, instrumentales et vocales, à destination profane ou religieuse. Certaines d'entre elles lui valent une place de premier plan parmi les musiciens français contemporains, notamment ses messes pour orgue, ses Leçons de Ténèbres pour le Mercredi Saint, ses sonates et concerts royaux ou il entend réunir les goût français et italien.
Cependant c'est avant tout son oeuvre pour le clavecin, consistant en 4 livres publiés entre 1713 et 1728, qui fait sa gloire et le fait considérer, avec Rameau, comme le grand maître de cet instrument en France. Son traité L'art de toucher le clavecin publié en 1717 est une source précieuse concernant son enseignement et l'interprétation au XVIIIe siècle.
Des ennuis l'obligent à céder ses charges. Il meurt dans l'indifférence publique et son oeuvre tombe dans l'oubli. Redécouvert par Brahms, il doit à Wanda Landowska sa résurrection

 

 

 

 

 

 

Fermer