Fermer

 

Saint-Pol Roux 1861-1940

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Marseille et Camaret le 6 juillet 1968

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Marseille et Camaret le 6 juillet 1968
Vente générale : 8 juillet 1968.
Retrait de la vente : 15 février 1969.
Valeur faciale : 30 c + 10 c
Graveur : Georges Bétemps

Dessinateur : Clément Serveau
Département concerné par ce timbre : Bouches-du-Rhône

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bistre rouge et sépia
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 4.150.000
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1552
Catalogue Spink / Maury : N° 1552
Valeur marchande timbre neuf : 0,08 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,06 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Paul-Pierre Roux, dit Saint-Pol-Roux

né le 15 janvier 1861 dans le quartier de Saint-Henri à Marseille et mort le 18 octobre 1940 à Brest, est un poète symboliste français
Il acheta en 1903 une maison de pêcheur surplombant l'océan. Il la transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptisa la demeure « Manoir du Boultous ». Face à la mer, l'homme est plus près de Dieu, disait-il. Il reçoit de nombreux artistes et écrivains comme André Antoine, Victor Segalen, Alfred Vallette, Max Jacob, André Breton, Louis-Ferdinand Céline et même, en 1932, Jean Moulin, alors sous-préfet de Châteaulin. Les membres du mouvement surréaliste le considèrent comme un prédécesseur.
Dans la nuit du 23 au 24 juin 1940, un soldat allemand investit le manoir, tua la gouvernante et blessa grièvement Divine à la jambe d'une balle de revolver. Saint-Pol-Roux échappe à la mort. Le soldat allemand, fut arrêté, condamné à mort par un Conseil de guerre et fusillé. Saint-Pol-Roux, qui, blessé lui-même, était hospitalisé à Brest, avait négligé de mettre ses inédits en lieu sûr. Lorsqu'il retourne à Camaret il trouve le manoir livré au pillage et ses manuscrits déchirés, dispersés ou brûlés, il ne se remet pas de ce choc. Transporté le 13 octobre à l'hôpital de Brest, Saint-Pol-Roux « le Magnifique », « mage de Camaret », atteint d'une crise d'urémie, y meurt de chagrin le 18 octobre.

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française