Fermer

 

Nouveau !! désormais vous pouvez déposer des annonces sur Timbres de France, toujours gratuitement, pour cela suivez ce lien
Annonces
Bonne journée
Georges
Timbre : Courant / moderne

 

Oeuvres d'art, artistes et tableaux

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 8 novembre 1969

 

Georges Seurat «Le Cirque»


Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 8 novembre 1969
Vente générale : 10 novembre 1969.
Retrait de la vente : 23 octbre 1970.
Valeur faciale : 1 f
Graveur : Pierre Gandon

Dessinateur : Pierre Gandon
Département concerné par ce timbre : Paris
Dentelure : 12½ x 13
Couleur : polychrome
Mode d'impression : Taille douce
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1588A
Catalogue Spink / Maury : N° 1588A
Valeur marchande timbre neuf : 0,16 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,11 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Georges Seurat

né à Paris le 02/12/1859 et mort à Paris le 29/03/1891
Est un peintre et dessinateur de la seconde moitié du XIXe siècle. Instigateur de la tendance néo-impressionniste de l'époque «art moderne», il invente la technique du pointillisme, singulièrement présente dans son oeuvre culte «Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte» (1886).
Georges-Pierre Seurat est issu d'une famille aisée de Paris, où son père possède une charge de fonctionnaire de justice. Peu intéressé par les études, il s'oriente vers la peinture à l'âge de 18 ans, en fréquentant l'atelier du peintre Henri Lehmann aux Beaux-Arts. Il choisit rapidement de travailler hors des contraintes corporatistes de son temps, leur préférant les théories scientifiques sur les couleurs, qui commencent à se développer à Paris et à Londres dans les années 1860 et 1880.
Refusé dans les salons académiques, Georges-Pierre Seurat crée, avec ses contemporains et amis Paul Signac et Maximilien Luce, la Société des artistes indépendants, sans jury ni récompense. Il s'inspire des écrits de Charles Blanc, du chimiste Michel-Eugène Chevreul ou encore d'Ogden Rood, pour s'engager dans une voie singulière et créer sa propre technique, le pointillisme, encore appelé peinture optique ou divisionnisme, qui tient compte du contraste simultané des teintes et de l'intensité des couleurs. En mourant subitement, à l'âge de 31 ans, probablement des suites d'une angine infectieuse, il laisse une oeuvre inachevée, «Le cirque».

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française

 

 

 

 

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net