Fermer

 

Georges Moinaux dit Courteline (1858-1929) romancier et dramaturge français

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Tours le 23 juin 1979

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Tours le 23 juin 1979
Vente générale : 25 juin 1979
Retrait de la vente : 11 janvier 1980
Valeur faciale : 1 f 20 +30 c
Graveur : Michel Monvoisin

Dessinateur : Michel Monvoisin

Département concerné par ce timbre : Indre-et-Loire
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : rouge lilas-rouge et bleu-gris
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm ( image 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 3.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2032
Catalogue Spink / Maury : N° 2035
Valeur marchande timbre neuf : 0,19 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,16 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Georges Courteline

de son vrai nom Georges Moinaux ou Moineau est un romancier et dramaturge français, né le 25 juin 1858 à Tours, mort le 25 juin 1929 à Paris.
Il passe quatorze ans dans la fonction publique, ayant tout loisir d'observer ses collègues. Ces observations lui ont fourni ses principales sources d'inspiration littéraire. Dans ses premières pièces – Les Gaietés de l'escadron (1886), Lidoire (1891) – il s'amuse à tourner en dérision l'armée. Messieurs les Ronds-de-Cuir (1893) s'attaque aux employés de bureau et aux bureaucrates. Boubouroche (1893), sa célèbre nouvelle qu'André Antoine lui demande d'adapter pour son Théâtre-Libre, prend pour cible la petite bourgeoisie. Les oeuvres suivantes, récits ou pièces de théâtre, sont des croquis pertinents de différents milieux, saisis sur le vif, mais sans vraie méchanceté. Enfin, La Peur des coups (1894), Monsieur Badin (1897) et La Paix chez soi (1903) n'ont d'autre prétention que d'amuser en montrant les ridicules du couple. Dans son oeuvre, servi par un style admirable, Courteline a donné une remarquable description des travers de son époque. Représentants d'une classe sociale déterminée – le magistrat, le sous-officier – ou types d'individu – la bourgeoise, l'avare –, ses personnages sont tous d'une médiocrité rare et remarquable. Ils apparaissent dans des intrigues inspirées du quotidien, mais d'où surgit l'absurde. Auteur apprécié en son temps pour sa verve satirique propre à dépeindre les travers de la petite bourgeoisie, Courteline est décoré de la Légion d'honneur en 1899 et élu à l'académie Goncourt en 1926

 

 

 

 

 

 

Fermer