Fermer

 

Jeanne d'Arc - monument national


Timbre : Courant / moderne


 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Rouen le 24 mai 1979

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Rouen le 24 mai 1979
Vente générale : 25 mai 1979
Retrait de la vente : 7 décembre 1979
Valeur faciale : 1 f 70
Graveur : Michel Monvoisin

Dessinateur : Michel Monvoisin

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : carmin
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 7.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2051
Catalogue Spink / Maury : N° 2056
Valeur marchande timbre neuf : 0,23 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,14 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


 


Jeanne d'Arc - monument national 

Jeanne d'Arc (Image Wikipédia)

 

Jeanne d'Arc

En 1420, la France n'existe plus, le roi fou Charles VI et sa femme Isabeau de Bavière ont déshérité leur fils Charles au profit du roi d'Angleterre. En 1424, les Anglais envahirent le domaine de Charles et mirent le siège devant Orléans, ville-clef pour le passage de la Loire mais Orléans ne tomba pas, grâce à une paysanne ignorante de dix-huit ans : Jeanne d'Arc.
Née vers 1412 à Domrémy est une héroïne de l'histoire de France, chef de guerre et sainte de l'Église catholique, surnommée depuis le XVIe siècle « la Pucelle d'Orléans »
Au début du XVe siècle, cette jeune fille de dix-sept ans affirme avoir reçu de la part des saints Michel, Marguerite d'Antioche et Catherine la mission de délivrer la France de l'occupation anglaise. Elle parvient à rencontrer Charles VII, à conduire victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, à lever le siège d'Orléans et à conduire le roi au sacre à Reims, contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de Cent Ans.
Capturée par les Bourguignons à Compiègne en 1430, elle est vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg. Elle est condamnée à être brûlée vive en 1431 après un procès en hérésie conduit par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais. Entaché de nombreuses irrégularités, ce procès voit sa révision ordonnée par le pape Calixte III en 1455. Un second procès est instruit qui conclut, en 1456, à l'innocence de Jeanne et la réhabilite entièrement.
Source Wikipédia et autres

 

 

 

 

 

 

Fermer