Fermer

 

Louis Pergaud (1882-1915) écrivain

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Belmont le 23 janvier 1982

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Belmont le 23 janvier 1982
Vente générale : 25 janvier 1982.
Retrait de la vente : 3 septembre 1982.
Valeur faciale : 1 f 60 + 40 c
Graveur : Marie-Noëlle Goffin

Dessinateur : Marie-Noëlle Goffin

Département concerné par ce timbre : Doubs
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bleu et brun foncé
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 3.000.000
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2227
Catalogue Spink / Maury : N° 2232
Valeur marchande timbre neuf : 0,24 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,16 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Louis Pergaud

est originaire de Belmont (Doubs), en Franche-Comté. Son père, Élie Pergaud, y est instituteur paroissien depuis 1877.
Il présente le concours d'entrée à l'École normale et il est reçu premier. Après 3 ans d'études acharnées dans cette école, il en sort, le 30 juillet 1901, troisième de sa promotion. Il est nommé enseignant à Durnes (Doubs), son premier poste, pour la rentrée d'octobre 1901.
En avril 1904 Pergaud avec l'aide d'un ami poète, Léon Deubel, fait paraître son premier recueil de poésies, L'Aube.
Pergaud travaille à Paris comme clerc puis comme maître d'école, consacrant tout le temps qu'il peut à sa plus grande passion : l'écriture.
Sa première publication en prose parait dans le Mercure de France en 1910, le recueil de ces nouvelles s'intitule De Goupil à Margot (Prix Goncourt 1910). En 1911 sort son deuxième recueil de nouvelles sur le thème des animaux, dont La Revanche du corbeau. En 1912 il écrit La Guerre des boutons
En août 1914, Louis Pergaud est mobilisé dans l'armée française comme sous-lieutenant au 166e régiment d'infanterie cantonné à Verdun. Il sert en Lorraine sur le front Ouest, pendant l'invasion allemande. Le 7 avril 1915, son régiment lance une attaque contre les lignes allemandes, il tombe à Verdun avec nombre de ses camarades de tranchée.

 

 

 

 

 

 

Fermer