Fermer

 

Olivier de Serres (1539-1610) agronome

Timbre : Courant / moderne


Célébrités du XII siècle

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Le Pradel le 9 juillet 1953

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Le Pradel le 9 juillet 1953
Vente générale : 10 juillet 1953
Retrait de la vente : 12 décembre 1953
Valeur faciale : 12 f + 3 f
Graveur : Raoul Serres

Dessinateur : Raoul Serres

Département concerné par ce timbre : Ardêche
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : vert foncé
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 1.300.000
Présentation : Feuille de 25 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 946
Catalogue Spink / Maury : N° 946
Valeur marchande timbre neuf : 1,94 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 1,13 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 1,75 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Chercheurs, inventeurs, scientifiques

 


Olivier de Serres

est né à Villeneuve-de-Berg, petit bourg du Vivarais, en rive droite de la moyenne vallée du Rhône.
En 1578, à la fin du mois d'août, il arrive avec sa famille et deux ou trois serviteurs dans la ferme du Pradel qu'il a achetée quelques années auparavant et dont il va arrondir patiemment le domaine. Ce retour à la terre d'un intellectuel va être particulièrement fructueux. Olivier de Serres est un diplomate qui sait négocier les trêves entre les deux partis et, de ce fait, on le laisse relativement en paix. Il va consacrer son existence à faire de sa propriété une exploitation modèle et il écrit le résultat de ses expériences agronomiques personnelles.
Il a non seulement appris les informations dans les livres, mais il les a expérimentées dans son jardin, dans ses étables et dans ses champs.
Son livre Théâtre d'agriculture et message des champs paraît en 1600. C'est la somme des connaissances agronomiques de la fin du XVIe siècle. Olivier de Serres sera l'artisan, au début du règne de Henri IV, de la formidable extension de la culture du mûrier et de l'élevage du ver à soie.
Le livre d'Olivier de Serres eut dix-neuf éditions jusqu'à la révocation de l'Edit de Nantes en 1686, après quoi il tomba dans l'oubli. On le redécouvrit à la fin du XVIII e siècle et c'est François de Neufchâteau qui l'édita à nouveau en 1804

 

 

 

 

 

 

Fermer