Fermer

 

Les années 1950, Les loisirs


Timbre : Courant / moderne


Les années 1950

 

 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et salon ''Planète Timbres'' le mercredi 18 juin 2014
Cachet premier jour créé par : Stéphane Humbert-Basset

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et salon ''Planète Timbres'' le mercredi 18 juin 2014
Vente générale : 23 juin 2014
Retrait de la vente : 27 mars 2015
Valeur faciale : 0.66 €
Dessinateur : Stéphane Humbert-Basset

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 26 x 40 mm
Quantite émis : 700.000.
Présentation : Bloc feuillet de 6 timbres
Bande phosphore : 2 bandes
Catalogue Yvert et Tellier : N° 4877
Catalogue Spink / Maury : N° 4831
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,51 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,28 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


 


Les années 50

sont marquées par la montée du pouvoir d'achat et la naissance d'une société de consommation et de loisirs. On assiste à un véritable bouleversement des techniques, des modes de vie, à l'apparition des « arts ménagers » et du design. Ce retour à l'abondance va favoriser la diffusion des innovations et permettre d'améliorer la qualité de vie des Français.
Le retour de l'abondance du milieu des années 50, permettant un réel accès aux biens, favorisera la diffusion des innovations, notamment dans le domaine domestique, en leur offrant une efficace vitrine. Le « Salon des Arts Ménagers » en est un exemple caractéristique. En 1955, le taux de fréquentation bat tous les records avec un million quatre cent mille visiteurs.
Le 11 février 1950, la création d'un Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG)
Le SMIG horaire est fixé par décret après consultation de la Commission supérieure des conventions collectives. Il s'élève à 64 francs (1,66 euros) pour les résidant des régions, et à 78 francs (2,03 euros) pour les habitants de la région parisienne. Les départements d'outre-mer, ainsi que ceux de l'Algérie française sont exclus de ce dispositif, qui concerne 16% des travailleurs lors de sa création.

 

 

 

 

 

 

Fermer