Fermer

 

Gastronomie traditionnelle méditerranéenne

La bouillabaisse


Timbre : Courant / moderne


 

Oblitération 1er jour à  Paris au carré d'Encre le 10 et 11 juillet 2020
Cachet premier jour créé par : Jenne Pineau

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à  Paris au carré d'Encre le 10 et 11 juillet 2020
Vente générale : 13 juillet 2020
Retrait de la vente : 31 juillet 2021
Valeur faciale : 1.40 €
Affranchissement : Lettre prioritaire 20g pour l'international
Création : Jenne Pineau
Dentelure : 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Offset
Format du timbre : 30 x 40.85 mm
Quantite émis : 500.000.
Présentation : Feuille de 42 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5411
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 1,05 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,38 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


 


La bouillabaisse

La première mention de ce plat culte remonte à la fin du XVIIIe siècle, mais il s’agit alors plutôt d’un mode de cuisson à feu fort, que l’on baisse aux premiers bouillons, avec cette recommandation : « quand ça bout, baisse le feu » ou « bouille et baisse », « bouiabaisso » en provençal, qui donnera le mot « bouillabaisse ». Les poissons de roche lui apportent son goût iodé et corsé. On y ajoute en général des petits rougets, de la lotte, du merlan, de la rascasse, du saint-pierre, quelques étrilles, des tomates, oignons, poireaux, du céleri, de l’ail et de l’huile d’olive, sans oublier l’indispensable pincée de safran. On sert le bouillon d’abord, les poissons ensuite, accompagnés de rouille et de croûtons.
Source © - La Poste - Fabienne Azire

 

 

 

 

 

 

Fermer