Fermer

François Boucher (1703-1770) «Diane de retour de la chasse»


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1970

Listage des timbres de l'année 1970

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 10 octobre 1970

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 10 octobre 1970
Vente générale : 12 octobre 1970
Retrait de la vente : 22 octobre 1971
Valeur faciale : 1 f
Graveur : Jean Pheulpin

Dessinateur : Jean Pheulpin

Dentelure : 12½ x 13
Couleur : polychrome
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 52 x 40,85 mm
Quantite émis : 7.600.000
Présentation : Feuille de 25 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 1652
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 1652
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,16 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,13 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Informations sur le sujet du timbre

«Diane de retour de la chasse»

Dans ce tableau, Boucher a particulièrement accentué la nature décorative de l'oeuvre, en privilégiant les teintes froides et les courbes dynamiques. Les corps souples et tactiles des jeunes femmes, d'un érotisme suave et subtil, appartiennent pleinement au langage naturaliste du maître. De même, on admirera la nature morte, placée à gauche près de la signature, comparable à celles de Jean-Baptiste Oudry, un ami de Boucher.
François Boucher, né le 29 septembre 1703 à Paris où il est mort le 30 mai 1770, est un peintre français, représentatif du style rococo. Particulièrement prolifique, Boucher a abordé tous les genres : peinture religieuse, sujets mythologiques, scènes rustiques, paysages, animaux, décorations de monuments et de maisons particulières, modèles de tapisserie. C'est peut-être le plus célèbre peintre et artiste décoratif du XVIIIe siècle, dont on a pu dire qu'il était l'un des génies les plus purs. Il estimait lui-même, un an avant sa mort, avoir produit plus de dix mille dessins, mais trouvait encore le temps de travailler dix heures par jour à des représentations idylliques et voluptueuses de thèmes classiques, mythologiques et érotiques, d'allégories décoratives et de scènes pastorales. Il était peintre de la cour de Louis XV et le favori de la marquise de Pompadour, dont il a peint plusieurs portraits

 

 

 

 

 

 

 

Cette page a été visitée 1991088 fois depuis le 1er mai 2022