Fermer

Madame
Courant / moderne

 

 

 

Les trésors de la philatélie - 1950 -


Madame Récamier ( Timbre N° 875 de 1950 )


Premier jour : Oblitération 1er jour à  Lyon le 9 décembre 1950
Vente générale : 11 décembre 1950.
Retrait de la vente : .5 mai 1951
Valeur faciale : 12 f
Graveur : Charles Mazelin

Dessinateur : Charles Mazelin

Département concerné par ce timbre : Rhône

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : vert
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 2.960.000
Valeur marchande timbre neuf : 3,00 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 3,00 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 1,50 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 

Madame Jacques Récamier

dite Juliette ou Julie Récamier, née le 3 décembre 1777 à Lyon et morte le 11 mai 1849 à Paris, est une femme de lettres française. À partir de 1797, Juliette Récamier commence sa vie mondaine, tenant un salon qui devient bientôt le rendez-vous d'une société choisie. La beauté et le charme de l'hôtesse, l'une des « Trois Grâces » du Directoire, avec Joséphine de Beauharnais et Madame Tallien, lui suscitent une foule d'admirateurs. Mais le pouvoir ne tarde pas à prendre ombrage de la position mondaine et sociale de Mme Récamier. Amie de Madame de Staël, Mme Récamier devient une figure clé de l'opposition au régime de Napoléon. Les réceptions de son salon, qui joue un rôle non négligeable dans la vie politique et intellectuelle de l'époque, sont interdites par un ordre officieux de Bonaparte. Défavorable à Napoléon, Madame Récamier ne tarde pas à subir le même sort que Germaine de Staël, et elle a l'obligation de s'éloigner de Paris par ordre de la police impériale.
Elle apprend en avril 1814, l'abdication de Napoléon. De retour à Paris le 1er juin 1814 après un exil de près de trois années. Juliette reprend ses réunions mondaines, reçoit des personnalités françaises ou étrangères de toutes opinions mais exige que ses invités observent chez elle, une stricte neutralité politique. Son salon prend de plus en plus une orientation littéraire. Elle rencontre Chateaubriand en 1817. L'écrivain devient l'un des hôtes les plus assidus de son domicile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française

 

 

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net