Fermer

Pierre Martin (1824-1915) fabrication de l'acier

 

vente anticipée : Oblitération 1er jour à Bourges le 5 mars 1955
Retrait de la vente : 18 juin 1955
Valeur faciale : 25 f
Graveur : Pierre Gandon
Dessinateur ou mise en page: Pierre Gandon
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : brun violet et violet noir
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm (vignette 36 x 21,45 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 2500000
Catalogue Yvert et Tellier numéro : N° 1016
Catalogue Spink / Maury numéro : N° 1016
Valeur marchande timbre neuf : 0,94 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,46 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,63 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 

Informations complémentaires

Pierre-Émile Martin

(né le 17 août 1824 à Bourges et décédé le 21 mai 1915 au château de La Garenne, Fourchambault) est un ingénieur des Mines de Paris et industriel français.
On lui doit l'application pratique du principe de la récupération des gaz chauds au four à sole pour la fusion de l'acier (1 700 °C environ). Ce procédé avait été inventé par Carl Wilhelm Siemens dont P.-E. Martin avait acquis la licence.
En 1865, sur la base du procédé Siemens, il mit en oeuvre selon ses recherches le procédé d'élaboration de l'acier sur sole, qui porte son nom
Ce procédé d'affinage de l'acier sur sole, consiste en une fusion d'un mélange de fonte et de ferrailles ou de minerai, puis en un affinage par décarburation, désulfuration et déphosphoration. Cette méthode permet d'élaborer des aciers fins et alliés, par addition d'éléments nobles.
On a appelé acier Martin le métal obtenu en utilisant son procédé. Ces aciers contiennent beaucoup moins d'impuretés que ceux qui sont élaborés au convertisseur, et leur composition est beaucoup mieux ajustée.
La mise au point du procédé de Pierre-Émile Martin compléta la découverte de Bessemer et de son convertisseur parce qu'il permettait d'utiliser les riblons (rebuts) d'acier et de fonte. Il permettait de fabriquer de l'acier ayant la réputation d'être de meilleure qualité que l'acier Bessemer. En revanche, son procédé était plus long et les coûts de revient par conséquent plus élevés. Cette invention fut testée et mise en oeuvre à la fonderie de Sireuil en Charente.

 

 

 

 

Fermer