Fermer

Maurice Noguès (1889-1934) Aviateur, pionnier de l'aviation commerciale

 

vente anticipée : Oblitération 1er jour à Rennes le 13 octobre 1951
Retrait de la vente : 10 mai 1952
Valeur faciale : 12 f
Graveur : Pierre Gandon
Dessinateur ou mise en page: Pierre Gandon
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bleu noir et bleu clair
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 3.570.000
Catalogue Yvert et Tellier numéro : N° 907
Catalogue Spink / Maury numéro : N° 907
Valeur marchande timbre neuf : 0,24 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,14 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,21 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 

Informations complémentaires

Maurice Noguès

Né à Rennes, le 31 octobre 1889, il apprend à piloter seul et casse son Farman dès le premier vol, à Issy-les-Moulineaux.
Breveté pilote de transport public (n° 690) en juin 1922, il rejoint son ami l'as Albert Deullin à la Franco-Roumaine, qui deviendra la Compagnie internationale de navigation aérienne (Cidna) en 1925. Après la mort de Deullin, il devient chef pilote et accomplit les liaisons entre Paris, Strasbourg, Prague, Budapest, Vienne, Belgrade, Bucarest et Constantinople. Entre autres premières, on lui doit, le 2 septembre 1923, le premier vol commercial de nuit entre Strasbourg et Paris. Nommé directeur technique de la nouvelle compagnie Air Union-lignes d'Orient, en juin 1927, il peaufine son projet, multiplie les vols entre Marseille et Beyrouth, trajet sur lequel démarre un service régulier en juin 1929.
La ligne peut maintenant progresser vers l'Extrême-Orient. En 1931, Maurice Noguès inaugure le premier service commercial aérien régulier France-Indochine et, tronçon après tronçon, organise chacune des étapes selon un système qui fait l'admiration générale. Directeur général adjoint de la compagnie Air France, après la création de cette compagnie en 1933, celui qu'on appelait le Mermoz de l'Orient conserve ses fonctions de directeur de l'exploitation à Air Orient. Il allait trouver la mort le 15 janvier 1934, au retour d'un voyage en Indochine, lors de la dernière étape qui le conduisait, de Lyon au Bourget. Pris dans une violente tempête de neige, l'appareil s'écrasa à Corbigny, dans la Nièvre.
Ref http://aviatechno.net

 

 

 

 

Fermer