Fermer

Aristide Briand (1862-1932) prix Nobel de la Paix en 1926


Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 1933

Listage des timbres de l'année 1933

 

 

Vente générale : 11 décembre 1933
Retrait de la vente : 21 novembre 1934
Valeur faciale : 30 c
Graveur : Henry Cheffer

Dessinateur : Henry Cheffer

Département concerné par ce timbre : Loire-Atlantique

Dentelure : 14 x 13½
Couleur : bleu-vert
Mode d'impression : Typographie
Format du timbre : 20 x 24 mm (vignette 18x22 bords externes des filets)
Présentation : Feuille de 100 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : Courant / moderne - N° 291
Catalogue Spink / Maury : Courant / moderne - N° 291
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 10,63 €
Valeur marchande timbre neuf avec charnière : 5,00 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 2,25 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : les Hommes politiques, militaires, rois, marchants

 

Timbres à l'effigie de quelques hommes célèbres

Aristide Briand

né le 28 mars 1862 à Nantes et mort le 7 mars 1932 à Paris, est un homme politique et diplomate français qui a été onze fois Président du Conseil et vingt fois ministre. Il a joué un rôle essentiel dans les relations internationales après la Première Guerre mondiale.
Joseph Athanase Paul Doumer, né le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal) et mort assassiné le 7 mai 1932 à Paris, est un homme d'État français, président de la République française de 1931 à sa mort, en 1932, durant la IIIe République.
Victor Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l'un des plus importants écrivains de langue française.

Informations sur le sujet du timbre

Aristide Briand

né le 28 mars 1862 à Nantes (Loire-Atlantique), mort le 7 mars 1932 à Paris, est un homme politique et diplomate français. Onze fois président du Conseil — l'équivalent du Premier ministre sous la troisième République —, vingt fois ministre, prix Nobel de la paix en 1926, son nom est pourtant moins connu que d'autres personnalités de cette période, tels Jean Jaurès, Raymond Poincaré. Sa grande oeuvre, qu'il poursuivit sans relâche, jusqu'en 1932, fut la réconciliation entre la France et l'Allemagne. Pour celà il reçut avec son homologue allemand, Gustav Stresemann, le prix Nobel de la Paix en 1926, après les accords de Locarno. En 1928, poursuivant son rêve de la paix par la sécurité collective dont l'axe serait la Société des Nations, il signe avec l'Américain Kellogg un pacte qui veut mettre la guerre hors-la-loi. Finalement, la construction diplomatique, patiemment élaborée par Aristide Briand, était seulement un château de sable qui s'est écroulé sous les coups de butoir de la crise économique de 1929, de la montée du nazisme et du communisme. Briand a agi au mieux dans les circonstances qui lui étaient données et son grand rêve se réalisa après-guerre dans l'ONU et dans l'Union européenne.

 

 

 

 

 

 

 

Cette page a été visitée 1954272 fois depuis le 1er mai 2022