Page suivante

 

Les timbres de l'émission "de Bordeaux" gouvernemant provisoire

 

L’émission des timbres dit « de Bordeaux » est consécutive à la guerre de 1870 entre la Prusse et la France.
Le 2 septembre 1870 Napoléon III capitule à Sedan. Paris est assiégé et capitule le 28 janvier 1871, l’assemblée nationale se retranche à Bordeaux et Thiers, chef du pouvoir exécutif prépare et fait signer l’armistice à Francfort le 10 mai 1871. La France perd l’Alsace et la Lorraine et doit payer une énorme indemnité.
Les timbres à l’effigie de Napoléon III n’étant plus d’actualité il fallait trouver un solution pour approvisionner les bureaux de poste au plus vite. Cette notion d’urgence est très importante car elle est à l’origine de la technique d’impression utilisée qui va générer un nombre important de variété de report ou de couleur.
Dans une lettre du 30 septembre 1870 M. de Roussy délégué du ministre des finances demande à M. de Maintenant d’organiser avec la Monnaie de Bordeaux la confection dans un premier temps de 4 valeurs (1, 4, 10 et 20 cent) en reprenant le thème des timbres émis en 1849-50. (Cérès)
Le premier timbre réaliser est un timbre taxe de 15 c.
La Monnaie de bordeaux ne sait pas utiliser les techniques d’impression utilisées à Paris et dans l’urgence décide donc d’utiliser la technique de la lithographie. Elle demande au dessinateur Dambourgez de réaliser un dessin à la plume à partir d’un modèle. Malheureusement les contraintes de l’impression en lithographie lui font perdre beaucoup de ressemblance avec le modèle. Un nouvel artiste, Léopold Yon, est désigné pour réaliser une gravure sur pierre du 20 c. Le résultat satisfait tout le monde et on lui confie la gravure des autres valeurs.
Les premiers timbres qui sont distribués dans les bureaux de poste sont ceux dessiné par Dambourgez car une première impression avait eu lieu (un millier de timbres environ) puis les timbres gravés par Léopold Yon sont distribués (plus de 100 millions de timbres toutes valeurs confondues).
Pour bien comprendre et étudier ces timbres il est nécessaire de connaître la technique de la lithographie. Inventée par Aloys Senefelder en 1796 en Allemagne, la lithographie (du grec lithos, pierre et graphein, écrire) est une technique d’impression à plat qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire.
La pierre est préparée selon diverses recettes, chaque lithographe ayant la sienne. Le tracé peut être facilement exécuté directement sur la pierre, au moyen de crayons lithographiques, de plumes ou de pinceaux avec de l'encre lithographique que l'on peu étendre à la manière du lavis, ou en ayant recours à diverses techniques pour obtenir des matières particulières. On peut gratter certaines parties du dessin. On peut aussi procéder à un report d'un dessin par un calque ou un papier report..

 

Presse lithographique

D'après le "spécialiste" d'Yvert et Tellier se serait serait le 20c du siège de Paris (n° 37) qui aurait été utilsé comme model.

 

Page suivante